Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Chronique

Chansons pour se pendre, Le premier album autoproduit de Kundalini Primale

Il est des noms de groupe qui n'évoquent rien quand à la musique qu'ils portent. Et à lire le nom de Kundalini Primale, difficile de se faire une idée de se que l'on va trouver derrière.

Au vu du titre de l'album Chansons pour se pendre, il eut été légitime de s'attendre à du noir de chez noir. Du déprimant, du neurasthénique. Même pas !

Les deux composantes du duo Kundalini Primale se partagent les vocaux, monsieur se chargeant de toute la partie écriture.

C'est madame qui ouvre le bal, une voix prenante, stylée, une mélodie envoutante, où le piano prédomine un texte bien troussé, la voix de monsieur la rejoint en cours de route, c'est bingo tout de suite. Bien plus près de la pop que du rock, une réussite incontestable.

Alors bien sur, on veut en connaitre plus, le second titre aborde un style plus enlevé, plus facile, tout en restant de bon niveau. Les morceaux s'enchaînent ensuite, avec pour ma part une nette préférence pour ceux où la voix de Blandine se fait entendre.

Et puis on arrive sur le titre nommé "l'explorateur du roi" (et là, sur le cul le Phil). Une intro somptueuse, classieuse, très William Sheller, du grand titre chanté par Stéphane (mais on lui pardonne wink). L'influence classique se fait sentir. un sens certain de l'orchestration, de la mise en place, la talent quoi.

Le reste de l'album, même s'il s'élève moins haut, est bien au dessus des productions habituelles. Globalement un des albums auto-produits que j'ai préféré.

Les premiers morceaux disponibles du second album laissent entrevoir une même continuité, une vrai style, une patte Kundalini Primale, même si je trouve les titres un poil moins accrocheur mélodiquement. L'instrumental le siège de Castelnaud, doté d'un guitariste flamboyant extérieur au duo laisse envisager une belle évolution.

Reste à savoir pourquoi l'album, lumineux, porte ce titre. Peut-être plus un reflet des états d'âmes des artistes que de l'album. A suivre avec intérêt en tout cas !

 

SUCREPOP


Comments

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire sur cet article.

Réseaux sociaux

Fil twitter KP

Go to top